Electronique Industrielle Embarquée (EIE)

Le bus I2C

Conçu et développé au cours des années 80 par Philips, le bus I2C permet l'interconnexion de composants avec seulement 3 conducteurs. Le tableau ci-dessous indique le nom des signaux employés et précise leurs rôles respectifs.

SCL:signal d'horloge
SDA:signal de données
GND:masse (retour signal)

Prévu pour fonctionner sur de courtes distances, le bus I2C s'emploie principalement pour échanger des informations entres éléments situés sur la même carte électronique ou sur un module proche. Par rapport à la solution classique reposant sur un bus d'adresses, un bus de commandes et un bus de données, sa mise en oeuvre simplifie le routage et la surface du circuit imprimé.

En standard, il autorise des transferts à des vitesses allant de 0 à 100 kbps. Avec ses autres modes, il est même possible d'atteindre les 3,4 Mbps.

Sur un même bus I2C, il peut résider plusieurs circuits maîtres. Afin d'éviter des conflits, chaque circuit périphérique dispose d'une adresse unique. Le nombre maximum de circuits présents sur le bus I2C est intimement lié à la capacité du bus qui ne doit pas excéder 400 pF.

Article publié le